Rencontre entre collégiens de Tinchebray et jeunes migrants de Domfront

Publié dans A la une, Non classé

Rencontre entre collégiens de Tinchebray et jeunes migrants de Domfront

RENCONTRE  MIGRANTS et COLLEGIENS

au collège Saint Rémi à TINCHEBRAY

         Fin janvier 2019, une professeure d’Histoire Géographie du collège Saint Rémi de Tinchebray demande à l’AReDF dans le cadre du programme et du chapitre « Les Migrations» de pouvoir rencontrer « des migrants» qui témoigneraient de leur parcours géographique et de pouvoir organiser un échange avec 2 classes de collégiens en 4è.

Après avoir préparé l’organisation de la rencontre et en particulier la compréhension d’un questionnaire envoyé à l’avance par les collégiens, le 14 mars 7 demandeurs d’asile hébergés à Domfront accompagnés de 7 bénévoles se rendaient au collège.

La répartition en trois groupes composés de collégiens, migrants et bénévoles facilitait les échanges. Avides de savoir, les collégiens posaient des questions claires et précises. Les migrants à l’aise, répondaient aussi en donnant de nombreuses explications. Un rétroprojecteur visualisant la carte de l’Afrique et de l’Afghanistan facilitait le suivi de  l’itinéraire depuis le départ du pays. Etaient aussi présents une journaliste ainsi qu’un collégien pour le journal du collège. Ravis d’avoir fait connaissance, les participants concluaient l’après-midi riche en échanges en faisant des photos ou des selfies.

                                                                       Françoise MARTIN

                                                                       le 2 avril 2019

Impressions de migrants recueillies à l’oral et transcrites par un bénévole.

Dawda «C’était bien. C’était bien organisé.Il n’y avait pas de difficulté pour répondre aux questions. Les collégiens étaient très contents de nous recevoir. Y a des choses qu’ils veulent savoir. Les collégiens étaient intéressés avec les explications. Avant, ils pensent des choses sur les migrants, nous avons expliqué et après les informations, ils savent la vérité.Ils connaissent quelque chose de l’Afrique, par exemple: qu’est-ce que nous mangeons. Les petits collégiens n’ont jamais parlé avec des  Noirs en vrai. Tout cela, c’est très important.»

Mostafa « Nous avons passé un très bel après-midi avec les collégiens. Nous avons fait un échange sympathique. J’ai trouvé les collégiens doués, capables de poser clairement des questions.»

Israr «Je parle avec les enfants au collège. C’est bien de parler français avec de nouvelles personnes.»

Izatullah «Je suis content. J’explique ce que je vis aux enfants: ma famille, mon travail et comment je suis venu en France. Je suis entré à l’école, elle est ouverte beaucoup plus qu’en Afghanistan.»